Rechercher
  • ILA Canada

Les puissances moyens jouent un rôle déterminant à l'ère de Trump

Par : Oonagh Fitzgerald, Hector Torres –


La victoire électorale de Donald Trump sur le slogan "Making America Great Again" présente certains défis fondamentaux pour le système commercial international coopératif et fondé sur le droit. Le simple fait de préserver certaines des réalisations du siècle dernier en matière de diplomatie et de négociation internationales peut constituer un défi.


Toutefois, ces défis offrent également des opportunités aux pays désireux de jouer un rôle de premier plan dans la protection et le renforcement de l'État de droit mondial.


Le rejet par décret du Partenariat transpacifique (PTP) par le nouveau président américain ouvre à la Chine la possibilité de diriger le développement d'un système commercial panasiatique, même si sa promesse de se retirer de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et son affirmation selon laquelle l'Organisation mondiale du commerce (OMC) est "un désastre" laissent présager une escalade des tensions commerciales.


Issances moyennes du monde doivent éviter d'être des dommages collatéraux dans ce programme antimondialisation, et s'avancer pour créer des coalitions et tirer parti des partenariats existants afin de poursuivre le processus de coopération internationale, en faisant progresser l'état de droit grâce à un programme commercial progressiste.


Deux dirigeants de puissances moyennes auront une chance unique en 2018 de définir l'agenda économique international : Le président argentin Mauricio Macri, qui accueillera les dirigeants mondiaux à Buenos Aires pour le sommet du Groupe des Vingt (G20), et le Premier ministre Justin Trudeau, qui recevra les dirigeants du Groupe des Sept (G7).


Leur tâche est périlleuse. On soupçonne qu'en tant qu'homme d'affaires récemment devenu leader du monde libre, Trump pourrait considérer les faits politiques comme des propositions commerciales et adopter une position de négociation dure et sans pitié dans des circonstances qui pourraient bénéficier d'une approche plus diplomatique - qu'il verra le fait de rendre l'Amérique grande à nouveau en mettant "l'Amérique d'abord" comme un jeu à somme nulle qui exige qu'il gagne en dominant tous les rivaux.


Les déclarations de Trump sur le commerce et la coopération en matière de défense suggèrent qu'il croit que les États-Unis ont perdu du terrain alors que la Chine a progressé, que Pékin ne peut pas se permettre une confrontation économique prolongée avec les États-Unis, que l'Union européenne et le Japon font une concurrence déloyale aux produits et services américains parce qu'ils profitent des dépenses de défense de Washington, et que les États-Unis redeviendraient "grands" en les affaiblissant tous. Un choc des grandes puissances se profile à l'horizon, même si la place de la Russie dans sa pensée reste voilée par l'incertitude et les insinuations.


La Maison Blanche peut compter sur les faiblesses du capitalisme centralisé de Pékin - investissements excessifs, secteur privé surchargé de dettes, entreprises d'État non compétitives, ralentissement économique et érosion correspondante de la légitimité d'un système politique fondé sur une croissance rapide - pour rendre la Chine vulnérable à un effondrement économique. Il sera intéressant de voir comment la Chine réagira au retrait des États-Unis du PTP, qui avait été conçu par l'ancien président Barack Obama comme une stratégie visant à contenir l'avancée économique et politique de la Chine.


Une analyse similaire inspirée par le monde des affaires pourrait conduire Trump à considérer le Brexit comme une opportunité de briser son autre grand concurrent, l'Union européenne. Il pourrait se lancer dans une stratégie consistant à diviser pour mieux régner en négociant un accord de libre-échange (ALE) mutuellement avantageux avec le Royaume-Uni, dans l'espoir que les autres membres de l'UE soient tentés de déserter l'Union européenne pour obtenir des ALE attrayants avec les États-Unis et le Royaume-Uni.


Trump sait sûrement que les mesures de restriction du commerce ont un coût, mais il semble prêt à se les offrir. Certaines entreprises manufacturières rapatrieront leur production aux États-Unis, créant ainsi de nouveaux emplois, mais probablement moins que ceux qui ont été perdus au cours des 30 dernières années de mondialisation et d'informatisation. Les États-Unis enfreindront bien sûr les règles qu'ils ont contribué à créer, et cela fait peut-être partie du plan. Les États-Unis seraient poursuivis devant l'OMC et perdraient probablement. Mais cela prend du temps. Pendant ce temps, les États-Unis profiteront des avantages à court terme obtenus par des actions non conformes aux règles de l'OMC. Si, après le règlement du différend à l'OMC, le gouvernement américain ne respecte pas les décisions défavorables attendues et que le pays demandeur exerce des représailles, Trump pourrait choisir de quitter l'OMC. Il pourrait croire (peut-être à juste titre) que le lendemain, les ministres du commerce feront la queue à Washington pour négocier des ALE bilatéraux, prêts à accepter les conditions américaines, lui offrant ainsi une nouvelle victoire.


Dans un tel scénario, le président américain peut envisager que son pays se tienne debout et fort alors que ses concurrents en sortiraient affaiblis. Bien entendu, ce scénario non coopératif aurait des conséquences pour l'économie américaine : une baisse des salaires réels et de la productivité globale, un ralentissement de la croissance et de l'investissement et peut-être un peu d'inflation et des taux d'intérêt plus élevés - plus un dollar apprécié. Cette stratégie nuirait également aux industries de l'innovation qui dépendent de l'exploitation des droits de propriété intellectuelle, car elles pourraient devenir des cibles attrayantes pour les représailles des États exportateurs touchés par les mesures protectionnistes américaines. Les grands exportateurs américains tels que Boeing pourraient également souffrir de la réaction mondiale contre cette politique commerciale, mais cette douleur pourrait être ressentie principalement dans les États américains où le candidat présidentiel Trump n'a pas réussi à remporter le vote populaire.


L'impact potentiel sur l'économie mondiale du pari de Trump sur le système commercial international est impressionnant. Le capitalisme centralisé de la Chine présente de nombreuses faiblesses, mais son gouvernement n'est pas sans défense et réagira aux menaces sérieuses qui pèsent sur son économie. La Chine peut utiliser son influence sur le marché pour conclure des ALE avec plusieurs de ses partenaires commerciaux. Elle peut également imposer des contrôles plus stricts sur les sorties de capitaux et conditionner l'accès "préférentiel" à son marché intérieur attractif en utilisant des mesures d'investissement liées au commerce. Enfin, le gouvernement chinois peut également galvaniser l'opinion publique interne en attisant le sentiment nationaliste.


Le démantèlement de l'Union européenne pourrait également entraîner de nombreuses conséquences indésirables. Au-delà des difficultés économiques qui ne manqueraient pas de faire baisser la demande internationale, le nationalisme pourrait s'épanouir, avec de lourdes conséquences pour les valeurs démocratiques libérales, la paix et la sécurité dans la région. La réputation des États-Unis pourrait également en pâtir. Si la politique étrangère de Washington ressemble à une politique de puissance brute, il sera de plus en plus difficile de distinguer l'Amérique des superpuissances concurrentes. La confrontation économique pourrait aggraver les frictions géopolitiques, et si ces frictions sont traitées de la même manière peu diplomatique, les conséquences pourraient être sinistres.


Que peuvent faire les pays de puissance moyenne pour consolider le système commercial fondé sur des règles ainsi que la paix et la sécurité internationales, compte tenu des risques politiques engendrés par le nouveau président américain ? Rester sur la touche et attendre que les événements se déroulent serait une stratégie inadéquate.


Étant donné qu'ils ne sont pas en première ligne de la confrontation prévisible, l'Argentine et le Canada sont en bonne position, en tant que présidents du G20 et du G7, pour négocier des solutions visant à limiter les dégâts.


M. Trudeau devrait certainement saisir l'occasion d'exercer une certaine influence positive et d'encourager la coopération commerciale en cours entre les États clés.


En tant que nation fortement dépendante du commerce et bénéficiant de manière disproportionnée d'un système de gouvernance internationale fondé sur des règles, le Canada ne peut se permettre d'être un spectateur du démantèlement du système commercial mondial.


Le Canada entretient déjà des relations solides avec ses deux partenaires de l'ALENA, et n'a pas été visé par la rhétorique nationaliste de Trump - même si cela pourrait ne pas durer une fois l'ALENA rouvert. Les négociations relatives à l'accord économique et commercial global entre l'UE et le Canada (AECG) se sont conclues avec succès par une approche réformée des investissements étrangers et du règlement des différends entre investisseurs et États. Notamment, Ottawa et Pékin discutent de l'ouverture de négociations pour un nouvel accord commercial bilatéral. M. Trudeau est également très apprécié dans le monde entier et a affirmé que le Canada était de retour en tant que force progressiste sur la scène internationale.


Macri pourrait également avoir l'occasion d'encourager la coopération économique internationale lorsque son pays présidera le G20. Macri a beaucoup fait pour réhabiliter l'image internationale de l'Argentine, en normalisant les relations avec les États-Unis et en renforçant les relations avec la Chine et l'Union européenne. Si l'Argentine et le Canada coordonnaient leurs actions, ils pourraient essayer d'empêcher la confrontation, ou du moins de désamorcer les représailles et contre-représailles économiques.


Les institutions financières internationales et l'OMC peuvent jouer un rôle avec ces puissances moyennes en exerçant une pression extérieure sur les États-Unis pour qu'ils continuent à travailler dans le cadre du système commercial mondial. Le soutien interne des entreprises américaines qui bénéficient d'un système commercial intégré aiderait également la nouvelle administration américaine à mieux évaluer et calibrer ses politiques.


De manière plus optimiste, la réponse à ces nouveaux défis pourrait donner l'occasion aux puissances moyennes de remodeler le système commercial international afin d'y intégrer les leçons des 30 dernières années. Il conviendrait de mettre davantage l'accent sur la compréhension et la prise en compte des effets positifs et négatifs du commerce, et de veiller à ce qu'il soit aussi inclusif que possible, afin que les micro, petites et moyennes entreprises puissent y participer sans entraves ni désincitations inutiles.


Les règles internationales en matière de commerce et d'investissement pourraient être remodelées afin de soutenir les objectifs de développement durable des Nations unies et d'offrir une plus grande marge de manœuvre pour les mesures en faveur de l'environnement et de l'action climatique, du travail, de l'égalité des sexes et des droits de l'homme, tout en responsabilisant davantage les entreprises multinationales quant à leur comportement dans le monde. Le règlement des différends entre investisseurs et États pourrait être réformé, en approfondissant et en élaborant les nouvelles orientations suggérées par le tribunal d'investissement de l'AECG, voire en passant à un tribunal d'investissement entièrement international. Les négociations anticipées du Canada avec la Chine en vue d'un ALE bilatéral pourraient conduire à une coopération renforcée sur les questions importantes de l'énergie et du changement climatique. De même, la renégociation de l'ALENA pourrait offrir des occasions de mettre l'accent sur l'écologisation et l'intégration des secteurs énergétiques et des marchés du carbone nord-américains.


Nous vivons des moments décisifs pour l'avenir du système commercial international. Les défis présentés par l'empressement du président américain à recourir à des mesures de restriction du commerce offrent aux puissances moyennes l'occasion d'exercer un leadership coopératif pour répondre de manière constructive aux critiques formulées à l'encontre du droit international du commerce et de l'investissement, créant ainsi un état de droit mondial plus inclusif et progressiste.


Copyright 2017 le Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale. Cet article a d'abord été publié par le Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale et est reproduit ici avec autorisation.



1 vue0 commentaire