Rechercher
  • ILA Canada

Cour pénale spéciale : Une voie à suivre pour la République centrafricaine ?

Dernière mise à jour : 24 nov. 2021

– Par : Ritu Gambhir –


Déchirée par les conflits, la République centrafricaine ("RCA") est considérée comme l'un des pires pays au monde où il fait bon vivre. Selon les indices de développement humain et de bonheur, la RCA se classe au dernier rang, loin derrière des pays comme la Syrie[1]. Pourtant, comme l'ont indiqué les journalistes Marcus Bleasdale et Peter Gwin dans un reportage multimédia publié dans le National Geographic, la plupart des gens ne savent pas que la RCA est en proie à une guerre civile[2]. Ils ne sont pas non plus conscients de l'ampleur des souffrances des Centrafricains. Une personne sur quatre a été déplacée au moins une fois à cause des combats et une sur deux a besoin d'une aide humanitaire pour survivre[3].


De décembre 2015 à janvier 2017, j'ai travaillé à faire progresser les droits de l'homme et l'état de droit en RCA, en particulier pour veiller à ce que les droits des victimes, des témoins et des auteurs présumés de violations des droits de l'homme soient respectés dans le cadre des efforts de lutte contre l'impunité. Lorsque je suis arrivé dans la capitale Bangui en décembre 2015, la crise était à combustion lente. Les attentes étaient élevées quant au fait qu'un nouveau gouvernement démocratiquement élu se révélerait être un tournant vers un avenir pacifique pour les Centrafricains. Lorsque je suis parti en janvier 2017, le gouvernement avait du mal à se maintenir à flot et la situation des droits de l'homme se détériorait[4].


Je suis retourné en RCA en mai 2017 pour une visite de terrain et j'ai découvert que le conflit s'était étendu. Dans certains endroits comme Bangassou et Bria, la lente brûlure était devenue un feu qui faisait rage[5]. En l'espace de quelques semaines, les groupes armés ont déplacé au moins 100 000 personnes, pris pour cible des dizaines de civils et tué des centaines de personnes. Les attaques contre les soldats de la paix étaient monnaie courante et plusieurs d'entre eux ont été tués ou blessés, les locaux des organisations humanitaires ont été pillés, et leur personnel et leurs bénéficiaires blessés[6]. La violence semblait ne pas avoir de limites[7].


L'une des théories expliquant le dernier cycle de violence est que les groupes armés - et leurs soutiens - craignaient que la fenêtre de l'impunité ne se referme[8] En mai 2015, après une série de consultations communautaires inclusives, le Forum de Bangui sur la réconciliation nationale a été organisé[9]. [Des centaines de Centrafricains ont participé au nom de leurs communautés et les recommandations issues du Forum de Bangui comprenaient le rejet des amnisties pour les crimes contre l'humanité, les crimes de guerre et le génocide commis en RCA et le soutien à la création d'une Cour pénale spéciale ("CPS") pour juger ces crimes[10].


En juin 2015, le gouvernement de transition de la RCA a promulgué une loi créant la CSC[11]. La CSC est un mécanisme de justice hybride - avec des juges nationaux et internationaux - et a pour mandat de traiter les crimes résultant de violations graves du droit des droits de l'homme et du droit international humanitaire. Il est destiné à compléter plutôt qu'à concurrencer la Cour pénale internationale, qui mène des enquêtes en RCA avec une intensité croissante depuis 2014[12] À la fin du mois de mai de cette année, le procureur spécial du SCC Toussaint Muntazini Mukimapa est arrivé dans la capitale Bangui, ce qui rapproche le tribunal de son entrée en fonction[13] Dans l'une des premières déclarations publiques du procureur spécial, il aurait dit qu'il s'oppose aux amnisties pour les crimes graves[14].


En outre, l'ONU a récemment publié un rapport répertoriant les violations graves du droit des droits humains et du droit international humanitaire commises en RCA entre 2003 et 2015 (« Mapping Report »)[15]. Le rapport Mapping documente 620 incidents, dont certains peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Bien que le rapport de cartographie ne soit pas une réponse globale - il n'est pas le produit d'une enquête criminelle et (à quelques exceptions près) ne donne pas de noms - il devrait aider le procureur spécial et son équipe à déterminer une stratégie de poursuite, y compris les domaines prioritaires pour de nouvelles enquête[16].


Début juin, les pièces du puzzle de la responsabilité se mettaient en place et la possibilité que certains intouchables soient un jour emprisonnés semblait bien réelle. Dans un briefing au Conseil de sécurité de l'ONU le 12 juin, le secrétaire général adjoint aux droits de l'homme Andrew Gilmour a exprimé l'espoir que, s'appuyant sur l'élan du rapport de cartographie, « certains des contrevenants les plus graves seront arrêtés dans un proche avenir[17 ].


Afin d'attirer les groupes armés dans le processus de paix, le gouvernement s'était auparavant engagé à mettre en place un programme de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement ("DDRR"). Bien que les quatorze groupes armés aient signalé leur volonté de participer, le chercheur Thierry Vircoulon a déclaré dans un article du Monde que le refus du gouvernement d'accorder des amnisties pour les crimes graves et sa réticence à accepter des formes institutionnelles de partage du pouvoir ont contribué à une impasse[18]. L'impasse a également donné lieu à des initiatives de paix parallèles, dont une de l'Union africaine et de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale, et une de la Communauté de Sant'Egidio[19].


Le 20 juin, la Communauté de Sant'Egidio a annoncé qu'elle avait négocié un accord politique pour la paix en RCA entre le gouvernement et treize groupes armés qui sont désignés dans l'accord comme des groupes politico-militaires[20]. Du côté positif, l'accord contient plusieurs engagements qui devraient aider à soulager les souffrances immédiates de la population, en particulier un cessez-le-feu, bien que ce dernier s'avère difficile à faire respecter[21].


Bien que l'accord de paix ne fasse pas explicitement référence aux amnisties pour les crimes graves, il contient un certain nombre de dispositions inquiétantes qui pourraient aboutir à l'impunité. S'il y a un clin d'œil obligatoire aux recommandations du Forum de Bangui et au travail des mécanismes de justice pénale actifs en RCA, l'accent est mis sur les grâces (à la fois présidentielles et dans le cadre des processus traditionnels) et sur l'accélération de la mise en place d'une Commission Vérité, Justice et Réconciliation, qui devrait achever son travail en douze mois. L'accord prévoit également des consultations sur la levée des sanctions imposées par le Conseil de sécurité des Nations unies à l'encontre de certains individus, l'inclusion des dirigeants des groupes politico-militaires dans le DDRR et la libération des combattants détenus.


Si c'est ce qui reste sur la table après l'accord de paix, la réconciliation des Centrafricains restera hors de portée[22]. Les auteurs du rapport de cartographie ont souligné que pour que les communautés du pays puissent coexister pacifiquement, il est important de poursuivre les crimes graves "dans lesquels les civils ont été ciblés en raison de leur religion et de leur ethnicité"[23]. "En effet, les communautés victimes ont tendance à "collectiviser la responsabilité en associant des communautés entières (musulmanes ou chrétiennes) à ceux qui ont perpétré les attaques "[24]. Des mécanismes tels que la CSC peuvent aider à rompre ce lien en " abordant la responsabilité d'individus spécifiques pour les crimes les plus graves commis "[25].


Ce n'est qu'à long terme que l'on saura si la CSC tiendra ses promesses ou décevra. Le chemin à parcourir est difficile : l'instabilité de la situation sécuritaire rend les enquêtes et les arrestations difficiles, il n'existe pas de système de protection des victimes et des témoins, et la chaîne pénale n'est que partiellement fonctionnelle[26]. Le CSC a également besoin d'un soutien financier, technique et logistique accru de la part des Nations unies et des donateurs internationaux s'il veut tenir sa promesse d'être un mécanisme indépendant et impartial[27]. Ces obstacles ne sont pas insurmontables et les Centrafricains méritent d'avoir la possibilité d'obtenir justice. Sans justice, il est peu probable qu'ils puissent se réconcilier et leurs souffrances continueront.


Ritu Gambhir est conseillère en affaires humanitaires auprès de Médecins Sans Frontières ("MSF"). Les opinions personnelles de l'auteur exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement la position officielle de MSF.


[1] UNDP, Human Development Report 2016.  J. Helliwell, R. Layard, and J. Sachs (eds.), World Happiness Report 2017.

[2] M. Bleasdale, Inside a Civil War Most People Have Never Heard Of. National Geographic (15 May 2017) .  See also P. Gwin and M. Bleasdale, Rich in Resources, This Nation Is Failing Anyway. Here’s Why. National Geographic (May 2017).

[3] UN OCHA, Central African Republic Humanitarian Brief (1 June 2017).   See also Norwegian Refugee Council, African countries top list of neglected crises (1 June 2017).

[4] MINUSCA, Communique de Presse (13 December 2016).   See also Human Rights Watch, Central African Republic: Executions by Rebel Group (16 February 2017).

[5] UN OHCHR, Zeid alarmed by increasing violence, killings, in Central African Republic (16 May 2017). See also C. Vinograd, CAR: Tension high among civilians as violence surges. Al Jazeera (27 May 2017).

[6] MINUSCA, Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the attacks against civilians and MINUSCA peacekeepers in the town of Bangassou in the Central African Republic (14 May 2017).  See also MSF, Central African Republic: Unacceptable violence in Bangassou Hospital (26 May 2017).  See also UN OCHA, The Humanitarian Coordinator Strongly Condemns the Resurgence of Religious and Ethnic Based Attacks (28 May 2017).  See also MINUSCA, Communique de Presse (29 May 2017).

[7] MSF, Civilians pay the price of renewed brutal fighting (13 April 2017).  See also MSF, Scores dead and thousands displaced as conflict erupts in Alindao ( 9 June 2017).  See also MSF, Central African Republic: Will Bambari be next? (8 June 2017).  See also MSF, “I’m a civilian, not a fighter. Why did they attack me?” (19 June 2017).  See also MSF, Central African Republic: Will Bambari be next? (8 June 2017).

[8] Enough Project, Stop Rewarding Violence in Central African Republic (21 February 2017).

[9] UN News Centre, Security Council welcomes Central African Republic national forum, urges implementation of peace pact (16 May 2015) .

[10] Republican Pact for Peace, National Reconciliation and Reconstruction in the Central African Republic (11 May 2015).

[11] Loi Organique No. 15 Portant Creation, Organisation et Fontionnement de la Cour Penale Speciale (3 June 2015).

[12] ICC Case Information. See also ICC, Statement of the Prosecutor of the International Criminal Court, Mrs Fatou Bensouda, regarding increased violence in CAR: “crimes must stop!” (23 May 2017).

[13] RFI, RCA: installation de la Cour pénale spéciale à Bangui (26 May 2017).

[14] Radio Ndeke Luka, RCA: Pas d’aminisite pour les auteurs de crimes prévient le Procureur de la Cour pénale spéciale (29 May 2017).

[15] UN, Report of the Mapping Project Documenting Serious Violations of international human rights law and international humanitarian law committed within the territory of CAR between January 2003 and December 2015 (30 May 2017).

[16] OHCHR, UN human rights report maps 13 years of violence and impunity in the Central African Republic (30 May 2017).

[17] Briefing to the UN Security Council on the Central African Republic by Andrew Gilmour, Assistant Secretary-General for Human Rights (12 June 2017).

[18] Briefing to the UN Security Council on the Central African Republic by Faustin Archange Touadera, President of the Central African Republic (16 March 2017).  See also Pierre Pinto, Faustin-Archange Touadéra: «Nous saluons toutes les initiatives permettant de retrouver la paix».  RFI (30 March 2017). See also Thierry Vircoulon, Pourquoi la crise centrafricaine dure et va durer. Le Monde (26 May 2017).

[19] RFI, Centrafrique: les discrètes médiations de l’Angola et de Sant’Egidio (8 February 2017).

[20] Community of Sant’ Egidio, Central African Republic: an agreement for immediate cease-fire and a road map to peace was signed at Sant’Egidio (20 June 2017).

[21] MSF, Central African Republic: Heavy fighting resumes in Bria despite peace agreement (21 June 2017).

[22] Z. Baddorf, Pessimism about CAR Peace Deal Widespread. Voice of America (23 June 2017).

[23] Mapping report, p. 292.

[24] Mapping report, p. 292.

[25] Mapping report, p. 292.

[26] Amnesty International, CAR: Urgent need to rebuild justice system as war crime suspects roam free (11 January 2017).  See also Mapping report, pp. 293-294.  See also Amnesty International, Central African Republic: New campaign urges justice for crimes committed during the armed conflict (10 May 2017).

[27] L. Mudge, World’s Most Neglected Conflict Rages On in Central African Republic. Al Jazeera (5 June 2017).

3 vues0 commentaire