Rechercher
  • ILA Canada

COP26 : ADI s'engage à augmenter les capacités mondiales en droit climatique d'ici 2024

Titre original: Les principaux experts de l'Association de droit international et du monde entier présents à la COP26 s'engagent à décupler les capacités mondiales en matière de droit et de gouvernance du climat, en les faisant passer de 600 à 6 000 d'ici 2024.


Tejas Rao

Membre associé, Université de Cambridge


Les membres de l'Association de droit international ont pris part aux principales promesses faites lors de la 26e Conférence des parties (COP26) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui s'est tenue à Glasgow, en Écosse. Ils se sont notamment engagés à décupler les capacités en matière de droit et de gouvernance du climat dans le monde d'ici 2024.

Une transformation juridique et institutionnelle s'impose d'urgence pour soutenir les efforts visant à limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels, à s'adapter aux effets néfastes du changement climatique, à favoriser la résilience climatique et le développement à faible émission de gaz à effet de serre, et à rendre les flux financiers compatibles avec une trajectoire vers le développement durable.


169 pays sur 186 ont souligné l'importance de la réforme juridique et institutionnelle dans leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) à la réponse mondiale au changement climatique dans le cadre de l'Accord de Paris. Comme 99 pays l'ont également souligné dans leurs CDN, le renforcement des capacités et des pratiques est crucial pour la mise en œuvre et la conformité, comme l'ont montré les nouvelles recherches du Centre for International Sustainable Development Law (CISDL), de l'Université de Cambridge et d'autres partenaires de l'Initiative sur le droit du climat et la gouvernance.


Le financement du climat sous de nombreuses formes, si le droit privé et public et la gouvernance peuvent être mobilisés à tous les niveaux pour accélérer l'ambition et convertir l'ambition en obligations, est crucial à tous égards. En effet, alors que de nombreux pays s'engagent à produire des émissions nettes nulles d'ici 2050 ou plus tôt, que 130 000 milliards de dollars de financement sont alignés sur l'Accord de Paris par le biais de l'Alliance financière de Glasgow pour un bilan net nul (Gfanz) avant 2050 et que le Fonds d'adaptation est renouvelé à des niveaux plus élevés que jamais, des améliorations en matière de droit et de gouvernance sont nécessaires dès maintenant. Pour que ces engagements se concrétisent, des réglementations contraignantes, des contrats soigneusement rédigés, des obligations de divulgation et des milliers d'autres outils juridiques sont nécessaires à tous les niveaux, pour rétablir la confiance, la responsabilité et le respect de la justice climatique.


Alors que les représentants, observateurs et parties prenantes de l'Accord de Paris se sont réunis à Glasgow pour la COP26 du 1er au 12 novembre 2021, le monde a également réuni une communauté de facultés de droit et d'instituts juridiques de premier plan, de conseils d'organisations internationales, d'autorités gouvernementales, d'associations juridiques, de juges, de professionnels et d'autres personnes chargées d'inspirer, d'innover et de renforcer les capacités en matière de droit, de politique et de gouvernance.

En effet, "un énorme gouffre de capacités se creuse sur notre chemin", déclare le professeur Marie-Claire Cordonier Segger (Canada), professeur invité Leverhulme à l'université de Cambridge, basé au Bennett Institute for Public Policy, directeur principal du Centre for International Sustainable Development Law (CISDL) et secrétaire exécutif de l'Initiative mondiale sur le droit et la gouvernance du climat à la COP26. "Nous avons besoin de spécialistes dynamiques du droit du climat et des politiques publiques dans chaque pays, capables et actifs au sein de leur barreau, de leurs universités, de leurs entreprises et de la société civile, pour faire du net zéro une réalité dans tous les domaines. Le droit du climat et les politiques publiques doivent être enseignés dans toutes les facultés de droit - soutenus par de nouvelles recherches et formations à tous les niveaux - pour avoir ne serait-ce qu'un espoir de mettre en œuvre l'Accord de Paris et de faire progresser les Objectifs de développement durable des Nations unies."


Le symposium mondial Climate Law & Governance Day 2021 s'est tenu le 05 novembre 2021 pendant la COP 26 de la CCNUCC à Glasgow et a attiré plus de 1 100 inscrits de plus de 120 pays en personne et en ligne à travers 16 sessions de premier plan de classe mondiale et 3 plénières de haut niveau à la CLGD 2021 grâce à l'Université de Glasgow. Co-organisée au Royaume-Uni par l'Université de Glasgow, l'Université de Cambridge et l'Université de Strathclyde, avec le CISDL qui héberge le secrétariat de la CLGI et la nouvelle NZLA, qui est certifiée en tant qu'accélérateur dans la course à Net Zero de la présidence britannique. La CLGD 2021 a fourni une occasion importante de partager des idées, de débattre des tendances et des avancées, et de créer un élan juridique pour l'action climatique.


Lord Jonathan Mance, président de l'Association de droit international, a accueilli les invités à la grande ouverture du CLGD 2021. Dans son discours, il a souligné le rôle important que le droit international peut jouer pour faire face à ces défis et renforcer les capacités. De même, il s'est adressé aux invités sur la réflexion que le droit international doit exiger de lui-même pour répondre de manière adéquate à ces défis d'intérêt commun.


Les membres de l'ADI ont particulièrement contribué au CLGD 2021 en tant que présidents. La Dr Alexandra Harrington (Colombie) a présidé la table ronde des experts et des praticiens : Les défis de la gouvernance en matière de migration climatique. La Dr Harrington a fait remarquer : "Il est important de disposer d'un cadre réglementaire clair pour répartir les rôles et les responsabilités, ainsi que pour fournir une autorité juridique permettant de répondre aux besoins d'assistance et de protection des personnes déplacées."


Le Dr Markus Gehring (Allemagne) a présidé un panel d'experts : Les règles et normes en matière de commerce et d'investissement pour la décarbonisation de l'économie mondiale, avec des messages clés de l'honorable Pascal Lamy (président du groupe de pilotage du Forum de Paris sur la paix) et de son excellence Chad Blackman (ambassadeur de la Barbade). Le Dr Gehring, à l'issue de son panel, s'est montré optimiste, notant que "le commerce peut servir de solution à la crise environnementale. Pour aller vers un commerce international décarboné, nous devons nous assurer que les politiques commerciales climatiques incitent tous les pays du monde à réduire leurs émissions de carbone."

Ce symposium mondial s'est également appuyé sur une extraordinaire pré-conférence en ligne sur le droit climatique et les politiques publiques, organisée conjointement à l'université de Cambridge, intitulée "Climate Change, the SDGs and the Law", les 29 et 30 octobre 2021, qui a réuni plus de 750 participants de plus de 90 pays dans le cadre de deux séances plénières de haut niveau et de six groupes d'experts, auxquels ont participé d'éminents professeurs de droit ainsi que des universitaires, des étudiants et des praticiens en début de carrière, organisés conjointement par le Bennett Institute for Public Policy et de nombreuses autres institutions de l'université de Cambridge.


Afin de partager les résultats de la COP26 elle-même, le 6 novembre, les principales innovations municipales, nationales et internationales ont été partagées lors d'un événement parallèle officiel intitulé "Net Zero Climate Law and Governance - Advancing Ambition and Action to Implement the Paris Agreement and the SDGs". La table ronde interactive a réuni des experts de premier plan de l'Université de Cambridge, de la Net Zero Lawyers Alliance, du Centre for International Sustainable Development Law et d'autres partenaires de l'initiative "Droit climatique et gouvernance", de l'IKEM, de l'Asociacion Ambiente y Sociedad et du Centro Humboldt.


En outre, le 7 novembre 2021, contribuant à former une nouvelle génération de spécialistes dans le monde entier, le cours de spécialisation sur le droit du climat et la gouvernance organisé à l'Université de Strathclyde a certifié 163 participants en personne et virtuels du monde entier. Les participants ont acquis des connaissances essentielles auprès d'experts juridiques renommés, approfondissant leur compréhension des mécanismes juridiques et institutionnels disponibles pour mettre en œuvre leurs CDN et l'Accord de Paris En effet, 163 praticiens, universitaires et membres juniors de délégations ont été certifiés et reconnus comme nouveaux spécialistes du droit du climat et de la gouvernance lors du Cours de spécialisation sur le droit du climat et la gouvernance de 2021, grâce à l'Université de Strathclyde, la Commission mondiale du droit de l'environnement de l'UICN, le CISDL et d'autres partenaires.


Enfin, le 1er décembre 2021, la Conférence Leverhulme et le Dialogue d'experts distingués sur l'accélération de la mise en œuvre de l'Accord de Paris pour le développement durable ont été organisés par l'Association de droit international, aux côtés de partenaires du monde entier, afin de transmettre les principaux résultats de la CdP26 et de partager l'optimisme quant à la voie à suivre. En tant qu'experts distingués, le professeur Nico Schrijver (Pays-Bas), le professeur Emmanuella Doussis (Grèce) et M. Erick Kassongo (République démocratique du Congo) ont offert des perspectives sur l'activité croissante entourant une demande d'avis consultatif sur le changement climatique de la Cour internationale de justice, ainsi que sur les transformations internationales et locales du financement du climat.


L'Association de droit international est ravie de soutenir les activités de chercheurs de premier plan sur ces défis de durabilité pour l'avenir.


M. Tejas Rao est membre associé du Centre for International Sustainable Development Law et coordinateur de la Leverhulme Trust Visiting Professorship à l'université de Cambridge. Ses intérêts en dehors du droit vont de l'étude académique de la musique à la lecture de micro-histoires, en passant par l'analyse de statistiques sportives et la compréhension de la philosophie politique.



2 vues0 commentaire