Rechercher
  • ILA Canada

Comment les puissances moyennes peuvent-elles renforcer le système des échanges ?

Par : Oonagh Fitzgerald, Hector R. Torres –


La présidence de Donald Trump pose des défis fondamentaux au système commercial international fondé sur des règles qui a étayé la croissance mondiale pendant des décennies. Mais si les manœuvres protectionnistes de l'Amérique menacent un régime commercial mondial fondé sur des normes juridiques, elles peuvent aussi, paradoxalement, contribuer à le réformer. En effet, les puissances moyennes - des pays au PIB modeste mais à l'influence mondiale - ont la possibilité de modérer et de réorienter la tempête anti-commerce de Trump. Grâce à une coopération renforcée, les puissances moyennes du monde peuvent éviter de devenir des dommages collatéraux dans l'offensive antimondialisation de Trump. Et elles peuvent contribuer à maintenir le projet stabilisateur de la coopération internationale en faisant avancer un programme commercial progressiste fondé sur l'état de droit.


Le rejet par Trump du Partenariat transpacifique (TTP) par décret, sa promesse de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et son affirmation selon laquelle l'Organisation mondiale du commerce (OMC) est "un désastre", sont autant de signes avant-coureurs de tensions commerciales probables. À plus d'un titre, elles pourraient déclencher des conflits commerciaux que les puissances moyennes souhaiteraient éviter et désamorcer.


Il ne sera pas facile de dissuader Trump. Compte tenu de sa vision du commerce, il pourrait adopter une position de négociation dure et sans complaisance. Il semble croire que les États-Unis ont perdu du terrain face à la progression de la Chine, que cette dernière ne peut se permettre une confrontation économique prolongée avec les États-Unis et que l'Union européenne et le Japon font une concurrence déloyale aux États-Unis parce qu'ils profitent des dépenses de défense américaines. De la même manière que d'autres ont bénéficié aux dépens des États-Unis, ces derniers ne redeviendront "grands", selon Trump, qu'aux dépens des autres.


Une analyse similaire pourrait amener Trump à considérer le référendum sur le Brexit au Royaume-Uni comme une occasion d'attirer d'autres pays hors de l'UE. Il pourrait se lancer dans une stratégie de division et de conquête en négociant un accord de libre-échange mutuellement bénéfique avec le Royaume-Uni, dans l'espoir que d'autres membres de l'UE soient tentés de déserter le bloc pour obtenir des accords commerciaux attractifs avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.


Bien que Trump sache sûrement que les mesures de restriction du commerce ont un coût, il ne semble pas découragé par cette perspective. Certaines entreprises manufacturières pourraient rapatrier leur production aux États-Unis, créant ainsi quelques nouveaux emplois, mais probablement beaucoup moins que ceux qui ont été perdus au cours des 30 dernières années de mondialisation et de croissance de la productivité due à l'automatisation.


En concluant des accords bilatéraux, les États-Unis enfreindront bien sûr les règles qu'ils ont contribué à créer, ce qui fait peut-être partie du plan de Trump. Les États-Unis seraient poursuivis devant l'Organisation mondiale du commerce et perdraient très probablement. Mais tout litige prendrait du temps. Entre-temps, au fur et à mesure que les plaintes sont entendues et jugées, les États-Unis obtiendraient des avantages à court terme en contournant les règles mondiales.


Pourtant, même une victoire temporaire de Trump serait une défaite à long terme pour les normes juridiques. Par défaut, les pays dotés de cadres juridiques matures sont de meilleurs partenaires commerciaux. Des lois fortes et une application fiable signifient moins d'arbitraire et de corruption, des règles d'engagement plus claires, des contrats plus crédibles et moins de zones d'ombre bureaucratiques. L'ancien procureur général de Grande-Bretagne, Dominic Grieve, a fait remarquer que, dans le commerce mondial, "les pays qui adhèrent à l'État de droit, qui l'entretiennent et le révisent et le renouvellent constamment, sont ceux qui sortiront gagnants". Inversement, un monde où les échanges commerciaux seraient moins nombreux signifierait que l'on accorderait moins d'attention aux systèmes juridiques qui soutiennent le commerce. Que peuvent donc faire les puissances moyennes pour consolider le système commercial fondé sur des règles que Trump menace de démanteler ?


Deux dirigeants de puissances moyennes ont une chance unique en 2018 de pousser Trump vers une posture plus conciliante sur le commerce et d'établir un agenda international favorable au commerce : Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, dont le gouvernement accueillera le sommet du G7, et le président argentin Mauricio Macri, lorsque les dirigeants du G20 se réuniront à Buenos Aires.


Ils peuvent s'y mettre dès aujourd'hui. M. Trudeau devrait exercer une influence positive et encourager la coopération commerciale et réglementaire entre les États clés, bien avant le sommet de l'année prochaine. Les développements récents - tels que la conclusion de l'accord économique et commercial global entre l'UE et le Canada, et les négociations commerciales bilatérales avec la Chine - suggèrent que le Canada est à nouveau une force progressiste sur la scène internationale. Mais, en tant que pays fortement dépendant du commerce et bénéficiant de manière disproportionnée de la gouvernance internationale fondée sur des règles, le Canada devrait faire tout son possible pour que le système commercial mondial perdure.


Macri pourrait avoir une chance similaire lorsque son pays assumera la présidence tournante du G20. Macri a fait beaucoup pour réhabiliter l'image internationale de l'Argentine, en normalisant les relations avec les États-Unis et en renforçant les relations avec la Chine et l'UE. Si l'Argentine et le Canada coordonnaient leurs actions, ils pourraient faire beaucoup pour contenir les retombées économiques des menaces de Trump et atténuer l'impact des représailles économiques.


Les institutions financières internationales et l'OMC peuvent encore apparaître comme de formidables contrepoids aux penchants protectionnistes. Il en va de même pour le monde des affaires américain ; en soulignant les avantages d'un système commercial intégré et de l'application des droits de propriété intellectuelle à l'échelle mondiale, par exemple, les chefs d'entreprise américains pourraient aider la Maison Blanche à voir les avantages du commerce international et de la coopération réglementaire. Mais ce sont les puissances moyennes - les économies qui ont le plus à perdre - qui pourraient être les mieux placées pour préserver un système que Trump semble enclin à démanteler. S'ils y parviennent, il devrait en résulter un régime commercial plus inclusif et progressif, l'État de droit restant au centre de la compétitivité mondiale. S'ils échouent, la victoire de Trump sera la perte du monde.


Copyright 2017 le Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale. Cet article a été publié pour la première fois par le Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale et est reproduit ici avec autorisation.




1 vue0 commentaire